Les travaux plateforme et le système automatique de tranquillisation et de pilotage SATRAP

13.02.2019

Épisode 4 : La rénovation de la plateforme du Charles de Gaulle a comporté des travaux majeurs, avec notamment la modernisation des automates de conduite du navire, la refonte du simulateur de conduite, l’installation d’un nouveau réseau de supervision de la plateforme navire qui intègrera un système de surveillance centralisée des installations et un système d’aide à la maîtrise des avaries… mais aussi des travaux de grande envergure.

Le remplacement de deux unités du système de réfrigération du bâtiment fut un temps fort des travaux car il a fallu découper deux brèches de 5 mètres sur 2 dans la coque du navire afin de faire sortir ces gigantesques usines de production d’eau réfrigérée, d’un poids de 11 tonnes chacune.

Naval Group a également assuré la rénovation de l’usine électrique du porte-avions avec le remplacement de disjoncteurs, les visites des tableaux principaux force, des 4 turbines alternateurs et des 4 diesels alternateurs.

Autres travaux d’ampleur, la maintenance de l’appareil propulsif avec la visite des 4 turbines haute et basse pression.

Autre opération capitale dans cette refonte à mi-vie : la maintenance des deux catapultes avec la visite des circuits et robinetterie vapeur, des collecteurs et réservoirs, mais aussi la levée des lignes de cylindres, le nettoyage des fosses, l’ajustage des 88 panneaux de fosses qui recouvrent chaque catapulte et le changement des panneaux de fosses de la catapulte avant.

Les travaux plateforme ont également porté sur la refonte totale des cuisines et de la boulangerie, avec la remise à neuf des locaux, dans le respect des nouvelles normes d’hygiène, et le changement de tous les équipements. 6 000 repas sont servis à bord chaque jour et participent pour beaucoup au moral de l’équipage !

Les travaux plateforme incluent également la rénovation du système automatique de tranquillisation et de pilotage (SATRAP) qui garantit la stabilité du pont d’envol pour l’appontage des avions, même par très forte mer.

Épisode 5 : La rénovation du système automatique de tranquillisation et de pilotage, aussi appelé SATRAP, a été un des moments forts de la refonte à mi-vie du porte-avions Charles de Gaulle. Ce dispositif français, unique au monde, garantit la stabilité du navire et donc du pont d’envol pour permettre l’appontage des avions, même par mer forte. Il est constitué d’un ensemble d’installations dont les 4 ailerons de stabilisation, les 2 safrans, et les 12 trains Cogite.

La dépose des quatre stabilisateurs reste une opération inédite car Naval Group n’avait jamais sorti d’ailerons d’un navire doté d’un tel profil de coque. Il a fallu concevoir des outillages spécifiques ainsi que des modes opératoires de levage associés. Les masses déplacées, 12 tonnes par aileron et 9 tonnes par mèche, dans un espace particulièrement restreint, ont rendu la manœuvre très délicate. La visite des ailerons a consisté à vérifier les articulations, le volet et à réfectionner le revêtement de chaque stabilisateur. Un contrôle de la mèche a aussi été effectué.

La dépose des deux safrans a également été une opération sensible du fait de la position en biais du gouvernail, de son poids de 14 tonnes et de sa taille, environ 6 mètres. Tout cela, à 10 mètres du sol ! Lors de la visite complète des safrans, des contrôles et reprises du revêtement composite ont été effectués ainsi qu’un travail de reprise sur les crosses de safran afin de les renforcer. Par ailleurs, une remise en état des mèches, des aiguillots et de leurs douilles, combinée à des contrôles métrologiques pour garantir un bon lignage et un fonctionnement optimal de l’installation, a été menée.

La dépose des douze trains Cogite s’est révélée être également très complexe car elle se déroule en hauteur et déplace des masses importantes. 12 trains de 12 wagons sont situés sous le pont d’envol, chaque wagon pesant 1,8 tonne soit un poids total de 22 tonnes par train. Le système Cogite est unique au monde. Il permet, grâce au déplacement des trains selon l’axe transversal du navire, de compenser la gite du navire et de mettre en œuvre la flottille embarquée, même par forte mer. La visite du système Cogite a consisté notamment à changer les câbles et les roulements des wagons, contrôler les moteurs électriques, vérifier l’ensemble des poulies, des treuils et des vérins.

Les déposes des safrans et des ailerons de stabilisation se sont déroulées dans le bassin, mais la refonte a également impliqué d’autres travaux bassin, tels la dépose des hélices, des tronçons des lignes d’arbres et les travaux de peintures. Des opérations délicates, lourdes et minutieuses, à suivre dans l’épisode suivant.