Deux frégates de défense aérienne pour la dernière partie du programme FREMM

13.04.2017

Le programme des frégates multimissions (FREMM) prévoit la livraison à la Marine nationale de huit unités, dont les deux dernières sont des frégates de défense aérienne (FREDA). Ces dernières présentent les mêmes capacités de lutte anti-sous-marine que les FREMM anti-sous-marines (ASM), auxquelles s’ajoutent des capacités accrues de lutte anti-aérienne. Pierre-Jean Cuisinier, directeur du programme FREDA, et Cyrille Kammerer, architecte d’ensemble, livrent leur éclairage sur les atouts et enjeux de ces bâtiments, dont la construction a démarré l’été dernier sur le site de Lorient.

Les FREDA auront pour mission la défense d’un navire « précieux » : porte-avion Charles de Gaulle, dans le cadre d’un groupe aéronaval, ou encore bâtiment de projection et de commandement (BPC), dans le cadre d’un groupe amphibie. Cette spécificité en fera des navires encore plus fortement armés que les FREMM ASM.

« Pour leur permettre d’assurer ce rôle de protection maritime, les FREDA recevront des équipements spécifiques qui augmenteront leur polyvalence », explique Cyrille Kammerer. « Leur radar multifonction (MFR) sera doté de capacités accrues. De plus, les FREDA disposeront de 32 missiles anti-aériens Aster 15 ou 30, plus performants que les Aster 15 des FREMM ASM », poursuit-il. « Ensuite, afin d’augmenter les capacités des équipages à conduire la lutte anti-aérienne au Central opérations, les FREDA seront équipées de trois consoles multifonctions supplémentaires par rapport aux 17 consoles présentes sur les FREMM ASM. », complète Cyrille Kammerer.

« Notre principal enjeu, pour ces deux dernières unités du programme, sera une fois encore de satisfaire notre client, la Marine nationale », poursuit Pierre-Jean Cuisinier. « La livraison de la FREDA Alsace est prévue pour 2021 et celle de la Lorraine pour 2022. Notre challenge est non seulement de tenir ces délais, avec les contraintes industrielles qu’implique une fin de série, mais aussi de livrer des navires bénéficiant du retour d’expérience des FREMM ASM déjà produites. Nous ambitionnons de faire chaque fois mieux jusqu’à la fin du programme : continuer à améliorer la marge du Groupe et à réduire les non-qualités. Nous nous inscrivons pleinement dans la démarche d’amélioration continue portée par le Groupe ! »