Usine du futur : zoom sur le phénomène exosquelette avec l’AFNOR

Futur sous-marin australien

19 octobre 2018 Innovation Actualité

Phénomène en plein développement dans l’industrie, l’exosquelette est un dispositif d’assistance physique à contention qui a pour but de prévenir les troubles musculo-squelettiques chez les opérateurs. Le 26 septembre, Naval Group a reçu sur son site de Lorient les participants à la plateforme d’expérimentation de l’Association française de normalisation (AFNOR), dont l’objectif est de partager les tests de ces dispositifs pour, notamment, évaluer leur impact sur le corps humain. Le 26 septembre, Naval Group a accueilli à Lorient les participants à la plateforme exosquelette de l’AFNOR, un groupe de travail qui rassemble des entreprises – industriels et prestataires de services, utilisateurs ou fabricants – engagées sur des projets d’exosquelettes.

L’exosquelette, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une structure métallique articulée revêtue par un opérateur pour l’assister dans l’exécution de ses mouvements et le soulager de la pénibilité de certains travaux. L’exosquelette est en phase de développement dans l’industrie et Naval Group s’y intéresse de près. Les enjeux : la réduction des troubles musculo-squelettiques et des maladies professionnelles, et l’amélioration de la performance au poste de travail. En 2018, plusieurs dispositifs d’assistance physique à contention (DAPac) ont été acquis par les sites du groupe en vue de les tester et de les perfectionner pour qu’ils répondent au mieux aux besoins des opérateurs. La plateforme de l’AFNOR a pour objectif d’échanger sur les expérimentations faites de ces DAPac et de définir des méthodologies pour évaluer les impacts de leur utilisation sur le corps humain. Après la parution d’un guide de bonnes pratiques en 2017, le groupe de travail a mis en place des visites de sites afin que chaque membre puisse partager ses résultats. À Lorient, Naval Group a donc présenté à son tour sa démarche.  

Les applications chez Naval Group

Les participants ont été invités à se rendre dans la forme de construction pour assister à l’utilisation de deux dispositifs d’assistance physique sur l’assemblage de la coque de la future frégate multimissions Alsace : un exosquelette porté par Simon Audic, soudeur, et un bras Azairis, utilisé par Yannick Le Mentec, charpentier, pour une opération de meulage. Échanges avec les opérateurs, manipulation des outils… Chacun a pu se faire une idée précise de leur utilisation sur le chantier et recueillir les impressions des utilisateurs. Simon, qui utilise l’exosquelette pour les soudures en hauteur, explique : « On tient la position plus longtemps, le mouvement est plus sûr. Il y a un temps d’adaptation, mais on s’habitue vite et c’est rapidement difficile de s’en passer. À la fin de la journée, on ne se sent pas tendu ni ankylosé, il n’y a pas de douleur. » Même constat pour Yannick qui manipule une meuleuse de 4,4 kg avec le bras Azairis : « Je la manie sans avoir à supporter son poids, ça me permet de travailler plus rapidement : je ressens mois le besoin de m’arrêter pour relâcher. »

Des résultats suivis de près

La matinée a continué avec la visite de l’atelier Coque, puis Bernard Boulle, ergonome et Nicolas Mahé, stagiaire ergonome ont présenté les résultats des expérimentations réalisées avec différents exosquelettes. Agathe Lafitte-Pellistrandi, médecin du travail à Cherbourg, a présenté quant à elle la démarche du site. « À Lorient, 13 opérateurs volontaires testent les DAPac avec un suivi médical. L’objectif est d’évaluer quel est le modèle le plus adapté à nos activités et d’être capable de mesurer les effets ressentis par l’utilisateur. Nous sommes là pour accompagner et sensibiliser les opérateurs à leur utilisation », explique Bernard Boulle. Plusieurs autres visites sont prévues dans le cadre de la plateforme AFNOR dans les prochains mois. Une synthèse des cas terrain et une méthodologie de déroulement des tests seront alors proposés. En attendant, Naval Group continue de très près les innovations sur le marché des DAPac.
Les participants de cette journée d’échanges : CEA LIST – DIASI/LRI, OPPBTP, Saint-Gobain, Airbus, SCNF, PSA, La Poste, Sodexho, Renault, RB3D, Human Mechanical Technologies, INRS, LISI AEROSPACE