[Portrait métier] Catherine est ingénieure sur le plateau Barracuda du site de Toulon

20 avril 2021 Innovation Sous-marins Naval de défense

Catherine est ingénieure sur le plateau Barracuda au sein du site de Toulon, au plus près des navires. Depuis deux ans, elle travaille sur les évolutions capacitaires des antennes acoustiques pour les sous-marins nucléaires Barracuda. Entre activités sur le matériel en usine et essais à bord, elle est au cœur du projet.

« À mon arrivée chez Naval Group, je n’avais jamais fait d’acoustique auparavant : ce poste était un vrai challenge pour moi ! », annonce la jeune femme. Diplômée de SupAéro à Toulouse, elle a commencé sa carrière dans un tout autre domaine : « Chez Safran Aircraft Engines, je m’occupais depuis 7 ans des moteurs du futur et j’étais en particulier responsable de projet dans la thermique. C’était très intéressant mais j’avais envie d’aller plus loin dans la gestion de projets, de découvrir un nouveau domaine (sous-marin et acoustique) et de travailler encore plus dans un environnement multi métiers », explique-t-elle.

Une casquette, plusieurs métiers

Une formation interne, par des " vendredi à l'école", au sein du département Détection Sous-Marine (DSM), lui a fourni les bases pour échanger avec les experts en détection sous-marine ; pour le reste, c’est sur le tas qu’elle s’est formée, au contact des équipes : « J’aime la transversalité de mon métier et l’interaction au quotidien avec d’autres spécialités ; j’aime comprendre les contraintes de chacun et faire avancer les choses pour traiter les sujet. Voir un projet à 360° est très stimulant, j’ai l’impression de faire plein de métiers en plus du mien », explique Catherine.

Un quotidien passionnant

Dans son portefeuille de projets, les évolutions des antennes acoustiques pour les sous-marins nucléaires français pour les vingt prochaines années : antennes linéaires, antennes d’interception cylindriques, des évolutions très attendues par le client. Et pour chaque projet, une gestion sûre des étapes d’intégration, de déploiement et de validation des performances contractuelles, dans le respect des jalons convenus avec la direction de programme en interne et avec le client et la Marine nationale en externe.  
« Avec les prochains essais de ces premières évolutions capacitaires de taille sur le programme Barracuda, nous allons établir les bases de la relation avec le client. La confiance est importante : elle se fonde sur un travail régulier et rigoureux pour les livrables et sur notre capacité à offrir un contenu technique de qualité, ainsi que sur une communication transparente », conclut Catherine.