Système de combat des Gowind® : la recette du succès

16.02.2016

Vincent Fabre (c) DCNSAu printemps, tout juste un an et demi après la signature de la commande des quatre Gowind® égyptiennes, démarreront les premiers essais en plateforme de tests à quai du nouveau système de combat*. Une prouesse calendaire et technique, indispensable à la tenue des délais contractuels, qui doit autant à l’organisation qu’à l’expertise des équipes de Lorient, Bagneux et d’Ollioules. Les détails avec leur « maestro », Vincent Fabre, responsable CSE (Combat System Engineering) et CSI (Combat System Integration) du programme.

En quoi consiste votre métier et quels sont les enjeux actuellement ?
« Aujourd’hui, mon rôle est d’assurer la coordination de l’ensemble de l’activité de développement, de réalisation et de validation du système de combat du programme Gowind® Egypte. J’ai été précédemment architecte système de combat sur BPC, puis responsable CSE-CSI sur le programme Gowind® Malaisie. J’ai également collaboré à des programmes sous-marins, export et nationaux.
Au fil du temps, j’ai pu observer différentes organisations et identifier les bons processus permettant de gagner du temps tout en assurant la qualité du produit. Et là, le challenge est élevé : concevoir et produire une corvette en 38 mois, c’est une première pour DCNS !
Pour nous hisser à la hauteur de l’enjeu, nous avons mis en place, dès mon arrivée sur le programme, une organisation et un processus d’ingénierie amont et aval adaptés. Cette organisation repose sur une équipe composée des responsables des armes et senseurs, les ingénieurs système CMS, et également les intégrateurs physiques et fonctionnels. Le processus est, quant à lui, mis en musique par chaîne fonctionnelle, de la conception à la validation, par une équipe structurée en binômes de spécialistes des équipements et du logiciel du CMS, qui travaillent sur le même plateau pour plus de proximité.
À titre d’exemple, les spécifications sont rédigées de concert. Nous évitons ainsi les erreurs de transmission d’informations ou de mauvaise interprétation. Les échanges sont plus nombreux, l’esprit de communication, meilleur. En outre, j’observe une belle émulation entre jeunes et équipiers plus expérimentés. Et aujourd’hui, je considère qu’il y a un vrai retour sur investissement pour cette équipe à laquelle on demande beaucoup. Cette réforme organisationnelle est payante, nous tenons nos objectifs : la confiance est là ! »

« Le PSIM apporte une plus-value majeure tant sur les performances du système de combat que sur l’optimisation de la conception et réalisation du navire armé. »

La ligne de produit Gowind® est une corvette innovante, dotée d’un système de combat performant. Quels sont ses principaux atouts ?
« En tête de tous, citons le PSIM (Panoramic Sensors and Intelligence Module) que DCNS intègre pour la première fois sur l’un de ses programmes. Il s’agit d’un module physique d’un seul tenant, réalisé en parallèle du navire. Il regroupe la mâture unique du navire, contenant les radars et senseurs, les équipements principaux du système de combat, sans oublier les locaux opérationnels dont le Central opérations et le PC Communications. Cette innovation apporte une plus-value majeure tant sur les performances du système de combat que sur l’optimisation du processus de conception et de réalisation du navire armé.
Au plan opérationnel, le PSIM permet une couverture à 360° de l’environnement du navire, et améliore la compatibilité entre les différents senseurs en les superposant dans cette mâture unique. Dès lors, aucun masque angulaire – ou si vous préférez, aucun angle mort – n’est à déplorer.
Second avantage d’importance : le PSIM, parce qu’il a été conçu comme un sous-ensemble quasiment autonome, sert également de plateforme d’intégration à terre. À partir du mois de mars, six mois avant la mise à l’eau du navire, nos équipes vont pouvoir démarrer à Lorient les premiers essais du système de combat, comme s’ils étaient à bord du navire à quai. Grâce à cette innovation, nous allons pouvoir lancer au plus tôt la phase d’intégration pour une bonne partie des équipements. Ainsi, nous gagnons un temps précieux sur l’étape d’installation et tests à bord, une fois la plateforme terminée.
Autre atout de cette organisation, pour les clients export tels que l’Egypte qui produira elle-même trois unités Gowind®, DCNS garantit l’intégration des éléments critiques du système de combat et de la mâture, dans des délais contraints. DCNS assure en effet la réalisation des PSIM en France et les transfère ensuite sur les coques construites à Alexandrie. »

D’autres atouts différenciants du système de combat de la ligne Gowind® à souligner ?
« L’innovation passe également par l’optimisation de la mise en œuvre des systèmes. Clé de voûte des performances opérationnelles, le CMS (système de management de combat**) Setis®, dérivé du logiciel équipant les FREMM, propose des interfaces hommes-machines au design et à l’ergonomie très novateurs. Un travail particulier a été consenti sur la charte graphique et la composition des écrans. De ce fait, Setis® offre aux corvettes Gowind® un système réactif et intuitif dans la tenue de situation tactique et dans la mise en œuvre du système d’armes. C’est important, compte tenu des capacités exceptionnelles de ce navire de 2 500 tonnes. Qu’il s’agisse de CMS, de moyens de détection ou des armes, cette solution déclinée sur Gowind® en fait un navire complet, pensé et optimisé en terme d’effectifs, pour assurer dans le cadre de missions polyvalentes, une réelle capacité opérationnelle dans les trois domaines de lutte (surface, sous-marine, aérienne). »

« Au cœur du système de combat, le CMS Setis® apporte la modularité et l’évolutivité nécessaires à la prise en compte des spécificités demandées par chaque client. »

Quel message adresse DCNS aux marines étrangères grâce à ces innovations ?
« Aujourd’hui, le facteur coûts-délais est discriminant. Le contexte géopolitique évolue. Les besoins de certains Etats se créent du jour au lendemain, avec des cycles qui s’accélèrent. Autrefois, on réalisait des navires en 90 mois puis 60. Désormais DCNS possède l’agilité opérationnelle pour le faire en 38 mois, de la conception à l’acceptation. Un tel challenge est rendu possible par l’incroyable compétence et l’investissement des collaborateurs DCNS, sans oublier nos partenaires industriels.
Il y a fort à parier pour que la ligne de produit Gowind® ouvre de nouveaux horizons à DCNS. Car, au cœur du système de combat, le CMS Setis® apporte la modularité et l’évolutivité nécessaires à la prise en compte des spécificités demandées par chaque client. Ce n’est que le début d’une belle aventure ! »

* Le système de combat réunit l’ensemble des senseurs et des armes du navire ainsi que le système de management de combat (CMS) qui les relie ensemble.
** Le système de management de combat synthétise les informations tactiques venant des senseurs pour donner au commandement du navire une vision précise de la situation et lui permettre la mise en œuvre des armes dès que nécessaire.

autres paroles d’experts