Les activités industrielles de Naval Group sont maintenant remontées en puissance de manière progressive et maitrisée

28.05.2020

Depuis le début de la crise sanitaire, Naval Group a adapté son organisation du travail pour assurer la protection et la sécurité de ses collaborateurs tout en poursuivant ses activités au service de ses clients. Un référentiel sanitaire a été élaboré ; il est régulièrement mis à jour pour adapter les mesures de protection en fonction des situations de travail. Aujourd’hui, les activités de l’entreprise ont repris vigoureusement dans un cadre sanitaire très strict et plusieurs jalons majeurs ont été franchis avec succès.

Pierre Éric Pommellet a déclaré : « En coordination avec nos médecins, nos équipes de santé et sécurité et les partenaires sociaux, nous avons pu assurer la remontée en puissance de nos activités sur tous nos sites industriels. Nous sommes proches aujourd’hui de retrouver notre rythme d’activité d’avant-crise avec une organisation du travail très différente de celle que nous avons connue ces dernières années. En premier lieu, le télétravail a démontré son efficacité et nous le maintenons là où cela est possible. Pour les collaborateurs présents sur nos sites, toutes les mesures sanitaires ont été prises afin d’assurer leur entière sécurité. Malgré le ralentissement initial de notre outil industriel, nous avons franchi plusieurs jalons majeurs et nous mettons tout en œuvre pour tenir au mieux nos engagements. Ceci est possible grâce à la mobilisation de l’ensemble du management, à la qualité du dialogue social et à l’implication de tous nos collaborateurs et partenaires que je remercie de leur engagement au service de l’entreprise et de ses clients ».

 

Le niveau d’activité d’avant la crise est en passe d’être retrouvé grâce à une remontée en puissance progressive et maîtrisée respectant les nouvelles règles sanitaires

En parallèle du télétravail déjà largement déployé, Naval Group a pris pour chacun de ses sites les mesures de sécurité sanitaire indispensables à la remontée en puissance progressive et maîtrisée de ses activités industrielles. Ces mesures ont été mises en place dans le cadre d’un dialogue social soutenu, en s’appuyant sur l’expertise des équipes Hygiène, Santé et sécurité au travail et Environnement (HSE) et des services de médecine et santé au travail. Elles sont parfaitement conformes aux directives gouvernementales et pourront être adaptées en fonction des évolutions réglementaires ou du retour d’expérience.

Un référentiel sanitaire a ainsi été élaboré pour spécifier les mesures de protection à appliquer en fonction de chaque situation de travail, de chaque activité et métier. Il s’agit notamment d’une organisation en équipes distinctes, de l’aménagement du temps de travail en plages horaires différenciées, d’une adaptation des espaces de travail pour respecter la distance physique requise, du port du masque systématique pour les opérations en espace confiné, notamment pour les travaux à bord des navires.

Concernant les collaborateurs de nos filiales internationales, des mesures spécifiques ont été adoptées conformément aux consignes des autorités locales et aux directives du groupe. Un suivi très rapproché est réalisé. Nos missionnaires ainsi que les expatriés qui en ont fait la demande ont été rapatriés.

Aujourd’hui, plus de 10 000 collaborateurs ont retrouvé leur lieu de travail, soit plus des deux tiers des effectifs du groupe. Cette activité sur site, complétée de la capacité de télétravail, devrait permettre à l’entreprise d’avoir bientôt 90% de ses effectifs au travail.

Il reste cependant encore beaucoup à faire pour retrouver le niveau de productivité d’avant la crise car toutes les mesures sanitaires mises en œuvre ont des impacts sur l’efficacité industrielle.

 

Tenue des jalons essentiels des principaux programmes

Dès février, une cellule de crise groupe et des cellules de crise locales sur chacun des sites ont été mises en place pour suivre l’évolution de la situation sanitaire en France et dans le monde et créer les conditions nécessaires à la poursuite de l’activité. Grâce à ce suivi permanent ajusté localement et à l’implication des équipes de Naval Group en présentiel et en télétravail, tous les sites ont pu rester ouverts. Si l’activité a été fortement ralentie au début de la crise, avec une présence moyenne de 10 % des collaborateurs, elle a été partiellement compensée par un nombre élevé de télétravailleurs, représentants un tiers des équipes au plus fort de la crise.

Cette continuité de l’activité industrielle a permis à Naval Group d’apporter un soutien continu aux marines dans leurs missions essentielles au service de la défense, en particulier, pour maintenir la posture de la dissuasion et contribuer aux opérations de la Marine française et de ses clients à l’international.

Symbole des missions prioritaires de Naval Group, le chantier de l’Île Longue à Brest a été au coeur du dispositif de poursuite de l’activité du groupe. Ce sont plusieurs centaines de personnes qui ont continué à se rendre chaque jour sur ce site pour assurer l’entretien et la modernisation des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE).

Les équipes de Naval Group ont également contribué à l’opération Résilience. En effet, Naval Group a assuré fin mars, aux côtés de la Marine nationale, l’assistance technique et logistique du porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude. Ce dernier a pu appareiller vers les Antilles pour aider la population à lutter contre l’épidémie de Covid-19. De même, le 23 mars dernier, grâce notamment au soutien à terre des équipes de Naval Group, le (PHA) Tonnerre a évacué en urgence de Corse des patients atteints du Covid-19.

Le programme de sous-marins pour l’Australie a franchi tout début avril la revue intermédiaire de conception, jalon essentiel dans notre plan de route vers la System Functional Review (SFR) de début 2021, salué lors d’un échange entre les ministres des armées des deux pays.

D’autres jalons critiques, de production et de conception, ont été franchis. Le sous-marin nucléaire d’attaque Suffren, par exemple, a débuté sa campagne d’essais à la mer le 28 avril. Il sera livré cette année, conformément aux engagements. À l’international, la troisième corvette égyptienne de type Gowind, réalisée grâce à un transfert de technologie, est sortie des ateliers d’Alexandrie pour être mise à l’eau le 15 mai.

La mobilisation des équipes a également permis de reprendre les travaux pour les deux dernières frégates multimissions du programme (FREMM). La première sortie à la mer de l’Alsace et la mise à flot de la Lorraine sont prévues cet automne.

Les travaux de conception et de développement des futurs navires ou équipements stratégiques tels que les frégates de défense et d’intervention (FDI), les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de 3ème génération ou encore les études pour le projet de remplacement du porte-avions se sont poursuivis. Au Brésil, la réalisation des sous-marins Scorpène, en transfert de technologie, s’est également poursuivie.

 

Réorienter certains investissements et poursuivre les actions engagées auprès des jeunes générations

Afin d’assurer le maintien de ses capacités productives et de renforcer sa résilience à long terme, Naval Group redéfinit ses priorités d’investissement et accélère sa politique de maintien des compétences en misant sur l’apprentissage.

Les mesures mises en place aujourd’hui visent à préserver la capacité d’investissement du groupe, voire à la renforcer, notamment dans les systèmes d’informations pour rendre pérenne un niveau élevé de télétravail en toute cybersécurité.

L’engagement de l’entreprise vis-à-vis du tissu local n’a pas faibli avec la crise. Naval Group partage avec ses sous-traitants les plans de remontée d’activité pour les programmes navals dans lesquels ils sont impliqués. La direction des Achats et des Relations fournisseurs et les directeurs de sites assurent la déclinaison locale de ces actions.

Un plan d’action spécifique d’aide aux entreprises fragilisées a été mis en place, piloté par la direction des Achats, en coopération avec la DGA et BPI France.

Naval Group est attaché à préserver l’emploi et développer les compétences. Ces trois dernières années, l’entreprise a recruté plus de 4 500 nouveaux collaborateurs et va poursuivre ses recrutements, notamment en faveur des jeunes.

L’entreprise leur offre des opportunités variées, en particulier sur les métiers techniques et de production. Le plus souvent recrutés à l’issue de leur formation au sein de Naval Group, l’ambition de recrutement d’alternants et de stagiaires reste élevée. Cette année encore 400 alternants qui seront en acquisition de compétences au sein de Naval Group.

Pour préparer ses compétences futures, Naval Group soutient également la dynamique créée autour du Campus des Industries Navales (CINav).

 

Contact presse :

Emmanuel GAUDEZ
Tel. : +33 (0)1 40 59 55 69
Mob. : +33 (0)6 61 97 36 63
emmanuel.gaudez@naval-group.com

Bérengère GOURAUD
Tel. : +33 (0)1 40 59 56 44
Mob. : +33 (0)7 76 86 53 79
berengere.gouraud@naval-group.com