Définir et piloter les axes de développements technologiques

04.03.2019

Intelligence artificielle, logiciels et algorithmes, autonomie énergétique…

Le développement de systèmes de drones embarqués nécessite la maîtrise de nombreuses technologies de pointe.

La direction Innovation et Expertise technologique (DIT) de Naval Group est chargée de définir en amont et de coordonner la feuille de route des technologies à développer pour la réalisation des programmes de drones du groupe.

« Notre réflexion est globale pour l’ensemble des programmes. Nos missions : faire en sorte que chacune des entités du groupe soit prête techniquement à la réalisation des programmes, rechercher des financements en interne ou en externe et trouver les meilleurs partenaires pour avancer efficacement », explique Marc Richard, maître d’ouvrage drones à la DIT.

Une priorité : l’autonomie décisionnelle contrôlée

Parmi les axes prioritaires de développement définis par la DIT, celui de l’autonomie décisionnelle contrôlée mobilise de nombreuses équipes transverses. Le drone militaire doit être capable d’assurer sa mission dans le cadre des règles qui lui ont été fixées. Il faut donc lui donner des comportement à appliquer au cours de sa mission, lui permettant de traiter aussi les imprévus.

Le drone sous-marin est particulièrement concerné, car sans liaison de communication avec son porteur, il doit être capable de réagir seul à n’importe quel événement.

Le système de mission multi-drones (SMMD) accessible à bord du lanceur intègre une interface dans laquelle le l’opérationnel spécifie au drone les contours de sa mission. Les systèmes à l’intérieur du drone représentent, eux, l’autonomie décisionnelle embarquée.

« Notre démarche est ouverte. Fabricants de drones, partenaires, clients : nous sommes capables d’intégrer tous types de produits et de proposer nos propres solutions sous forme de modules », termine Marc.

La feuille de route s’étend jusqu’en 2025, avec une montée en puissance progressive de la complexité des technologies.